En collaboration avec World Agroforestry, World Vision/Sénégal a organisé, ce mercredi, un atelier intitulé “Regreening l’Afrique au Sénégal’’. Un projet qui vise à reverdir 160 000 hectares d’ici 2022.

“Ce projet sort du mouvement Regreening Africa ou reverdir l’Afrique. C’est un projet de 5 ans qui a pour objectif l’amélioration de la subsistance de la résilience des ménages, mais surtout la restauration des écosystèmes en général”, a, de prime abord, expliqué Anna Daba Diouf, Coordonnatrice du projet ‘’Reverdir l’Afrique au Sénégal’’.

Par ailleurs,  Daba Diouf a signalé que les populations cibles sont les agriculteurs et les éleveurs. “Et nous interviendrons dans trois régions du Sénégal, à savoir Fatick, Kaffrine et Kaolack. Et nous serons plus précisément dans 45 communes du Sénégal réparties dans ces trois régions”, a  informé la coordonnatrice.

Cette dernière, renseigne aussi que l’engagement du projet est de reverdir 160 000 hectares d’ici 2022, pour une cible de 80 000 ménages avec un coût total de 2 006 974 euros, soit plus de 1milliard 300 millions de francs Cfa.

Mme Diouf a également indiqué que la vulnérabilité a plusieurs composantes. Et le premier facteur, c’est la dégradation de l’environnement et la pauvreté des sols qui font qu’il y a moins de rendements. “Et ce projet est une réponse à la dégradation de l’environnement. Et il nous faut restaurer ces terres pour avoir un rendement meilleur afin de contribuer à la sécurité alimentaire”, a conclu la coordonnatrice du projet.

De son côté, Dr Andew Catford, Directeur  World Vision/Sénégal,  estime que l’Afrique est un continent extrêmement affecté par les phénomènes tels que la désertification, la dégradation des terres qui ont des effets socio-économiques et environnementaux néfastes aux populations.

Publié à l’origine par Sene Web, voir l’article original.